Bienvenue à l’Échoppe de Gustave, un lieu authentique et de caractère, vitrine du Bourbonnais.

L’Échoppe de Gustave, c’est la boutique / restaurant de l’aire du Bourbonnais.

Venez découvrir ce lieu de vie inédit.

La grange rénovée du domaine de Sannes vous accueille dans une ambiance conviviale et authentique.

Aire du Bourbonnais, Domaine de Sannes, 03400 Toulon-sur-Allier 

Ouvert toute l’année, 7jours/7 

Les horaires :

Restaurant 11h30 – 14h30 / 19h – 22h

Vente à emporter 7h – 22h 

Boutique 24h/24 

Des producteurs engagés pour la qualité et le respect des savoir-faire bourbonnais.

Léa crée des pièces uniques, bijoux, accessoires et herbiers, à base de fleurs séchées naturelles cultivées ou cueillies dans la nature. Elles sont ensuite soigneusement séchées et parfois teintées avant d’être utilisées. Elle travaille également sur commande pour des bijoux et également des herbiers.

Nancy et Régis Diziain ont eu un coup de coeur pour le Bocage bourbonnais. Ils ont quitté le sud de la France pour s’installer à Bourbon l’Archambault où ils produisent artisanalement de délicieux biscuits sucrés et salés bio, sur la base de recettes familiales. Ils sont distribués dans les épiceries bio, fines et de produits locaux de la région.

Artisan cirier, Céline Attard fabrique dans son atelier à Billy tout un univers parfumé pour la maison : bougies parfumées, fondants, bougies gourmandes, poudres d’aspirateur. Elle utilise des cires végétales de soja et des parfums de Grasse pour un résultat raffiné et des produits de qualité.

Savonnière à Huriel, village de métiers d’art, Vanessa Dechaud fabrique des savons à base de matières naturelles et biologiques, avec des poudres de plantes et huiles essentielles certaines issues de producteurs locaux. Attachée au zéro déchet, elle produit également des dentifrices et shampoings solides et utilise des emballages recyclables.

Michel Bandon est à la tête des ruchers de Saint Mayeul, exploitation apicole familiale installée au Veurdre depuis 1930. Les ruches installées dans le Bocage bourbonnais permettent la récolte de miels d’acacia, d’aubépine, de tilleul, de forêt et produits dérivés comme les pastilles et pains d’épices. Les miels de tilleul et d’aubépine ont été distingués comme miel d’exception par le Gault et Millau.

Apiculteurs passionnés depuis 1976, la famille Goudouneix récolte son miel dans l’Allier et principalement sur le canton d’Yzeure. Les ruchers se fondent dans le paysage bourbonnais, abrités par des bosquets d’arbres les tenant à l’ombre et permettant la maîtrise de la chaleur dans la ruche. Les ruches sont toujours situées à proximité de rivières ou d’étangs, l’eau étant vitale pour les abeilles. Les différents miels sont tous récoltés avec soins et extraits à froids, dans la miellerie à Yzeure.

Dans cette ferme en polyculture, les vaches charolaises bénéficient d’un élevage traditionnel donnant une viande de qualité transformée sur place, notamment en terrines de charolais sur la base de recettes développées par Jérôme Farjaud. Tout ce que la nature peut offrir sur l’exploitation et chez les maraîchers voisins se retrouve dans les recettes.

Dans la famille Gardien, la passion pour l’œnologie se transmet de père en fils depuis 1924. Aujourd’hui ce sont Olivier et Christophe qui s’attachent à la culture de cette vigne tout proche, traversée par le tracé de l’A79. Les deux frères élaborent leurs cuvées lors de la vinification, instant magique où le fruit de la terre bourbonnais devient petit à petit le vin qu’ils vous proposent de déguster.

La Maison Moinet est la plus ancienne confiserie de Vichy toujours en activité, l’unique fabrique familiale, artisanale, indépendante et locale depuis sept générations. Elle est toujours dirigée par la même famille depuis 1852. À ce titre, la Maison Moinet représente une référence dans l’histoire de la confiserie vichyssoise qui accompagne le développement de la Reine des villes d’eaux et s’inscrit également dans l’histoire de la confiserie française.

31 attractions pour toute la famille : Yukon Quad, Twist, Train de la mine, Disque du Soleil, Cinéma Dynamik en 3D, la Rivière Canadienne, le Haras du PAL, l’Escadrille du Désert… pour une bonne dose de sensation. Plus de 1 000 animaux sauvages : une réserve animalière peuplée d’animaux sauvages, dont certaines espèces menacées, évoluant dans de vastes environnements. Situé à 15 minutes d’ici, il se classe dans le top 5 des meilleurs parc d’attraction de France !

La ferme de Sannes, un édifice remarquable local

 

En 1825, le cadastre de l’année relève la présence d’une ancienne ferme à vocation agricole.

La tradition orale, appuyée d’un document retrouvé sur place, relate la mise en valeur du domaine par une communauté agricole jusqu’en 1670. Ce sont ensuite installés les «sieurs de Sane», succédés par les religieux de l’hôpital Saint-Gilles (de Moulins), et enfin par une succession de fermiers dits alternativement «marchands» ou «exploitants».

 

C’est en 1866 qu’ont débuté les constructions des bâtiments de la ferme ayant fait l’objet d’études archéologiques en 2020.

Ces études démontrent que le premier édifice a été bâti en 1866. Au fil des occupations, des bâtiments ont été construits et reconstruits jusqu’aux dernières modifications datées de la fin du 19ème siècle. La ferme de Sannes était ainsi composée de : la grange-étable sud (1866), la maison (1875), la grange-étable ouest (1879), la porcherie (1889)

 

La famille Martin, les deniers occupants de la ferme de Sannes.

Depuis 1851, les membres de la famille Martin se sont succédés comme métayers puis comme fermiers-exploitants sur le domaine de Sannes. Monsieur Robert Martin a exploité la ferme de 1964 à 1982 et, à sa suite s’est établi monsieur Raymond Martin fermier-exploitant jusqu’à 2008. En 2008, il arrête l’exploitation mais reste locataire de la ferme jusqu’en mai 2020.

 

 

Un marqueur culturel et architectural 

Reconnue comme édifice représentatif par une enquête de 1970 sur l’habitat en Bourbonnais, la ferme de Sannes a retenu l’attention du service d’inventaire général du patrimoine culture de la Région Auvergne-Rhône-Alpes qui a commandé une étude archéologique sur le lieu-dit Sannes. Cette demande s’est également justifiée par le projet de construction de l’aire du Bourbonnais.

Les archéologues sont intervenus en août 2020, avant le démarrage des travaux.