La vie du chantier

Actualités travaux, portraits des hommes et des femmes du chantier, lettres d’informations, etc. Découvrez les avancées du projet de l’A79.

Attention : pour la sécurité de tous le chantier est interdit au public.

La vie du chantier

Actualités travaux, portraits des hommes et des femmes du chantier, lettres d’informations, etc. Découvrez les avancées du projet de l’A79.

Les travaux se poursuivent sur la future A79 !

Les travaux ont considérablement avancé sur le chantier de la future A79. Le premier trimestre 2021 a été marqué par une intensification des activités et un renforcement des équipes. À date, plus de 900 collaborateurs sont mobilisés sur l’ensemble du tracé.

Entre Montmarault à Digoin, le point d’étape s’établit comme suit :

De Montmarault à Chemilly : Après plusieurs mois de terrassement, la plateforme de la future barrière de péage de Deux-Chaises a été mise à disposition du sous-traitant retenu pour la construction du bâtiment. Les travaux de requalification des voies existantes ont été achevés sur 21 km dans une direction, ce qui a conduit à un basculement de la circulation permettant de requalifier la chaussée dans l’autre direction.

Les travaux de l’échangeur de Chemilly ont démarré et cinq passages supérieurs ont été remis en service.

De Chemilly à Moulins : Les lançages de charpentes métalliques pour les viaducs de l’Allier et du Rio de Bessay ont débuté. Le dernier tablier au-dessus du Rio de Bessay sera lancé début mai et les opérations se poursuivront sur le viaduc de l’Allier jusqu’au mois d’octobre.

Plusieurs fouilles archéologiques ont été réalisées à Toulon-sur-Allier et le nouveau giratoire de la RN7 a été ouvert fin mars. Quant à la future aire de services de Toulon-sur-Allier, le terrassement est en cours sur la ferme de Sannes.

De Moulins à Digoin : Le terrassement continu sur les zones d’élargissement des voies et, les travaux des échangeurs sont terminés en sens 2 pour Dompierre Ouest et en sens 1 pour l’entrée de Dompierre Est. Les chaussées des viaducs existants sont en cours de requalification dans le sens Montmarault-Mâcon. Sur les six viaducs à élargir, les charpentes ont été posées et soudées.

Le dernier tronçon à 2x2 voies sur la commune de Chassenard est en cours de requalification, un basculement de la circulation est prévu fin mai.

La fabrication des enrobés de l’A79

Le passage de la RN79 à l’A79 est un projet entièrement porté par Eiffage et qui, par la pluralité des travaux à réaliser, fait appel aux différents savoir-faire du Groupe. Pour la réalisation de la chaussée en 2x2 voies de la future autoroute, 3 centrales à enrobés mobiles ont été installées entre Cressanges et Dompierre-sur-Besbre. Situées à des endroits stratégiques du tracé, la production de chacune d’entre elles répondra aux besoins des zones de chantier aux alentours de son emplacement. Ainsi, la centrale de Cressanges produira des enrobés pour la section de Montmarault à Chemilly, celle de Toulon-sur-Allier pour la zone de Toulon-sur-Allier à Montbeugny et, celle de Dompierre pour le reste du chantier de Montbeugny à Digoin.

Sur les centrales, les différents matériaux (sables, graviers, fraisats, …) sont repartis en plusieurs tas, selon leur nature et leur calibre. Ils proviennent tous de carrières avoisinantes et du rabotage de la chaussée existante. Suivant une recette préétablie dans le cahier des charges du constructeur, ces matériaux, chargés dans des trémies, sont dosés puis transférés jusqu’à un tambour. Dans le tambour, ils sont chauffés entre 140 et 160° afin que le liant puisse y adhérer. Le mélange obtenu est ensuite acheminé vers un malaxeur dans lequel il sera incorporé à du bitume (liant) dosé pour obtenir une formule précise d’enrobé.  Cet ensemble est brassé jusqu’à obtention du produit fini. Enfin, l’enrobé définitif est déversé dans un convoyeur et transporté jusqu’à la zone où il sera appliqué.

La centrale de Cressanges a produit environ 116 000 tonnes d’enrobés en trois mois de fonctionnement. Le cadence de production est régulée en fonction des besoins du chantier à la journée.

Les centrales d’enrobage du chantier A79 fonctionnent toutes au GPL (Gaz de Pétrole Liquéfié). C’est une solution qui permet d’éviter les pollutions atmosphériques car les rejets sont essentiellement de la vapeur d’eau.

Du diagnostic aux fouilles archéologiques

62 diagnostics archéologiques ont été réalisés sur l’ensemble du tracé, couvrant une surface de 227 ha. Ces diagnostics ont permis d’identifier 35 sites et indices de sites dont une quinzaine feront l’objet de fouilles préventives. La chronologie de ces sites fait état d’une dense occupation qui s’étire de l’âge du Bronze à l’époque Moderne. Plusieurs établissements ruraux (à vocation agricole) et des installations artisanales (production de céramiques) antiques ont ainsi été retrouvés dans l’environnement de l’agglomération gallo-romaine de Toulon-sur-Allier.

Ces fouilles permettront de déterminer si certains de ces sites recèlent des vestiges historiques et de les étudier. Sur la commune de Toulon-sur-Allier, elles ont débuté  au mois de février. Repartie en plusieurs chantiers confiés au SAPDA (Service d’Archéologie Préventive du Département de l’Allier) et à l’entreprise d’archéologie préventive Archéodunum, une surface totale de 17 ha sera scrutée par les archéologues à recherche de vestiges historiques. Pour les deux parcelles gérées par le SAPDA à Toulon-sur-Allier, les fouilles devraient se terminer le 16 avril. En cas de découverte remarquable, elles se poursuivront sur un mois supplémentaire. Sur le site du lieu-dit Les Vignots, des structures de fondations marquant des lieux d’habitations, des tuiles et des céramiques antiques ont été mis à jour.

Antoine Bouquet, référent prévention

Antoine Bouquet est référent prévention sur le projet Axelia, plus particulièrement en charge des accueils, et référent covid-19. Sa fonction première consiste à former les nouveaux arrivants sur le chantier à la prévention et aux risques inhérents à leurs missions (environ 500 accueils réalisés par mois). Il a aussi la responsabilité d’auditer la conformité QSE (Qualité Prévention et Environnement) pendant les travaux.

Antoine est titulaire d’un BTS travaux public et génie civil obtenu à Egletons, d’une licence gestion de travaux et encadrement de chantier et d’un master gestion des risques professionnels.
Employé chez APRR de 2015 à 2020, il a participé à la planification du balisage sur la RN79 et a souhaité poursuivre sur le chantier A79. Il a rejoint les équipes d’Eiffage Génie Civil en octobre 2020. Ce changement s’explique par une volonté de passer de l’exploitant au constructeur afin de découvrir, de l’intérieur, la mise en œuvre d’une infrastructure autoroutière.
Dans le cadre de ses missions de référent covid-19, il participe, entre autres, à l’organisation des campagnes de dépistage mises en place par la direction de projet. Son but étant d’adapter ces campagnes aux besoins du chantier. Quatre sessions ont été organisées en un mois et plus de 200 personnes ont ainsi été dépistées. Il est également le point de contact principal de l’ensemble des collaborateurs du chantier pour tous les sujets afférents à la Covid-19 (conseils, assistances, sensibilisations et orientations des cas suspicieux ou contacts, etc.)
Pour Antoine, la réussite de son travail repose sur l’objectif que « chaque individu présent sur le chantier rentre tous les soirs chez lui en aussi bonne santé que lorsqu’il est arrivé le matin. »
L’A79 est à ses yeux une expérience enrichissante où il est au contact d’un nombre important de métiers différents et c’est un défi pour lui de mener à bien chacune de ses missions.

Loriane Pobelle & Andréa Niamien, l’équipe communication

Axelia est un projet d’envergure ainsi qu’une vitrine des multiples savoir-faire du groupe Eiffage. Il est primordial de donner de la visibilité au travail accompli, de satisfaire les besoins d’information de toutes les parties prenantes et de mettre en avant les hommes et les femmes qui contribuent au projet. Loriane Pobelle et Andréa Niamien ont la responsabilité de développer de nombreux supports de communication à destination des collaborateurs du projet Axelia, des usagers, des riverains et des collectivités locales. Le site internet autoroute A79, l’application « Travaux A79 », les newsletters externes et internes, les télévisions Eiffage sur les installations de chantier, ou encore les relations publiques sont autant d’outils de communication qui servent à valoriser le projet Axelia, à donner de l’information utile et à entretenir le contact entre les constructeurs de l’A79 et les futurs utilisateurs.

Sébastien Eymery, responsable d’exploitation à la production d’enrobés

Sébastien Eymery est responsable d’exploitation à la production d’enrobés sur le chantier A79. À ce titre, il est en charge de gérer l’ensemble des postes d’enrobés à chauds du chantier. C’est donc le garant de l’organisation et de la production des trois centrales à enrobés situées à Cressanges, à Toulon-sur-Allier et à Dompierre-sur-Besbre. L’enrobé à chaud est un enrobé fabriqué à des températures allant de 140 à 160°. La solution obtenue au terme du processus de fabrication servira de revêtement pour la chaussée de la future A79.

Chez Eiffage depuis octobre 2020, Sébastien a débuté sa carrière dans l’industrie automobile à Limoges. Il s’est ensuite reconverti dans les travaux publics et a été chef de poste chez Colas Mayotte en 2006. En 2010, il part en Afrique où il effectue différentes missions dans plusieurs pays – d’abord au Gabon comme responsable industrie enrobés, puis au Congo, Bénin, Togo et Côte d’Ivoire. À son retour en France en 2018, il rejoint l’agence Colas Auvergne dans le Cantal, avant d’intégré Eiffage en 2020. Aujourd’hui, il travaille avec des équipes qui se composent d’un chef de poste, d’un opérateur, d’un manœuvre, d’un ou deux chauffeurs de chargeuse, et parfois d’un basculeur. C’est la formation type d’un poste d’enrobés à chauds.

A79 est pour lui un projet qui lui permet de renouer avec ses expériences passées et de les enrichir de par l’envergure du chantier. « Ce projet présente de grandes similitudes avec les missions auxquelles j’ai participé en Afrique. Je le perçois comme un défi et m’applique à ce qu’il soit une véritable réussite. », confie-t-il. Son objectif premier est de comptabiliser 0 accident sur l’ensemble des centrales à enrobés et, mener à bien en temps et en heure la production pour n’accuser aucun retard dans les délais fixés.

Antoine Petitjean, aide coffreur

Antoine Petitjean est aide-coffreur sur le chantier A79 depuis décembre 2020. Il a intégré le chantier après une formation coffreur-bancheur réalisée avec Pôle emploi. Cette formation de 7 mois lui a permis d’obtenir un diplôme. Auparavant, il travaillait dans les domaines de la maçonnerie et du carrelage. En s’orientant vers les travaux publics, Antoine a toujours eu à cœur de travailler chez Eiffage. Ayant déjà collaboré auparavant avec le groupe sur de courtes missions, en maçonnerie notamment, il estime à titre personnel que « Eiffage est de loin la meilleure entreprise en termes d’environnement de travail, de relations interpersonnelles, de qualité de travail, d’organisation ».

Âgé de 24 ans, Antoine a eu une autre vie avant le bâtiment. En effet, il a été boxeur professionnel pendant plusieurs années. Après 3 championnats, une blessure l’a poussé à mettre fin à sa carrière. C’est à ce moment qu’il s’est réorienté vers les travaux publics.

Ce qui l’a attiré dans ce secteur, c’est la grande diversité des métiers qui travaillent concomitamment et la technicité de chacun d’entre eux. C’est dans le but d’approfondir ses techniques qu’il s’est inscrit à la formation diplômante de Pôle emploi pour le métier de coffreur-bancheur. « Pour l’instant je suis aide-coffreur et on travaille sur du gros œuvre. J’apprends tous les jours et je m’applique à assimiler au mieux tous les rouages du métier afin d’évoluer vers d’autres postes ». Rattaché au Toarc B, Antoine est affecté au viaduc de l’Allier, l’un des ouvrages les plus emblématiques du chantier, où il a pour mission de mettre en place les banches et de réaliser les coffrages dans lesquels vont être coulé le béton qui constituera la culée du pont. Il travaille dans une équipe de 5 coffreurs-bancheurs. « On réalise les culées des ponts et ce sont des ouvrages qui doivent être rigoureusement élaborés pour supporter les charges du trafic ».

Roumaïssa Mizi, coordinatrice des études techniques

Roumaïssa Mizi est coordinatrice des études techniques sur le chantier A79, un métier qu’elle a découvert à son arrivée chez Eiffage il y a un an. Après son master en génie civil, obtenu à Grenoble, elle avait pour projet de commencer une carrière en tant que conductrice de travaux. Son métier, elle le définit comme le carrefour entre les plans projet et leur exécution sur le chantier. Affectée au TOARC D, elle veille au respect des exigences réglementaires et se charge de la coordination, du suivi de l’application des plans sur le terrain. À ce poste, elle est comme au cœur de la machine. Elle voit le projet au stade de l’étude, lorsqu’il n’y a que des plans, et le suit jusqu’à sa matérialisation.

« C’est un métier très prenant, nous avons de longues journées, mais je me sens utile et c’est gratifiant. »

Anciennement sur des travaux en souterrain, elle n’avait jamais participé à la réalisation d’ouvrages d’art tels que des viaducs, des ouvrages hydrauliques, etc. Aujourd’hui, Roumaïssa travaille sur 17 ouvrages, répartis sur 30 kilomètres, qui représentent environ 400 plans à étudier.

Pour une première expérience dans une entreprise telle que Eiffage, notre jeune coordinatrice apprécie « l’opportunité d’assumer un poste stratégique avec des responsabilités, à mon jeune âge et avec ma jeune expérience ». Accompagnée par des personnes qui lui font confiance, c’est pour elle un apprentissage et une formation quotidienne.

Sur le chantier de l’A79, Roumaïssa vante une bonne communication avec les équipes. « Les différents interlocuteurs sont compréhensifs et ont tous en tête de faire avancer le chantier. De ce fait, nous arrivons toujours à un point de convergence, cela facilite les accords et donc le travail. »

Nicolas Dault, technicien topographe

Nicolas Dault est technicien topographe depuis 1996, il a rejoint le projet Axelia le 10 août 2020. En 2003, un changement s’opère lorsqu’il devient préparateur de commande et cariste dans la grande distribution. Trois années plus tard, il retourne à son métier de topographe dans un cabinet de géomètre à Fleurance. Cabinet pour le compte duquel il effectue une mission sur un chantier d’autoroute à Montpellier jusqu’à l’été 2018. En 2020, il est en mission sur un autre chantier où un de ses collègues envoi son CV pour le projet Axelia et postule à son insu. Sa candidature intéresse les recruteurs et il est retenu pour travailler sur le chantier de la future autoroute A79.

Se laissant séduire par l’envergure du projet, il poursuit le processus de recrutement et est embauché en tant que technicien topographe dans une équipe de six sur le TOARC B. Sa mission sur le chantier est de relever des points de repère afin de déterminer des coordonnées qui serviront à l’implantation du projet dans l’espace. Il réalise aussi des auscultations, c’est-à-dire qu’il scanne et mesure la position de certains éléments, et vérifie s’ils bougent au fil du temps. Ainsi, il effectue une première mesure, appelée « Etat Zéro », qui est la mesure de référence à laquelle il compare les suivantes. 80 % du métier de topographe s’exerce sur le terrain. Le temps passé au bureau sert à calculer les données relevées, les analyser et les comparer aux données de base.

Sur la base vie de Toulon-sur-Allier et sur l’ensemble du chantier, Nicolas salut une belle cohésion d’équipe et de bons rapports entre collègues. « Nous avons tous les outils pour fournir un travail de qualité. Nous bénéficions d’un bon matériel et vivons ce chantier comme un challenge au quotidien » souligne-t-il en mot de fin.

Christophe Melon, chef de lot Egis

Christophe Melon fait partie des équipes de EGIS, maîtrise d’œuvre intégrée pour le compte de CLEA.
Affecté au tronçon qui s’étend de Montmarault à l’échangeur de Chemilly, sa mission principale est de s’assurer que les travaux sont réalisés conformément aux plans de construction, dans le respect des référentiels techniques et des normes en vigueur.
Sur ce chantier aux enjeux très forts, une partie de son travail consiste à trouver des solutions à d'éventuels obstacles techniques, en collaboration avec le TOARC.
Fort de ses 8 ans d’expériences dans le secteur, Christophe a travaillé sur le chantier d’élargissement de l’A63 dans les Landes pour une mise à 2x3 voies entre Ondres et Saint-Geours de Maremne. Il a aussi effectué certaines missions à l’international dont la construction d’une route nationale de 575 km entre Pointe Noire et Brazzaville au Congo.
Selon lui, les qualités à avoir pour des projets de grands travaux sont : l’implication, l’organisation, la disponibilité, l’aisance relationnelle et le bon sens.
Axelia est un projet de grande envergure qu’il vit comme un challenge. « Mon premier objectif est de veiller au meilleur déroulement des travaux jusqu’à la mise en service de l’A79 », dit-il.
Ravi de la collaboration avec CLEA et de l’accueil qui lui a été fait par toute les entités présentes sur le chantier, Christophe espère plus tard avoir l’occasion de retravailler avec Eiffage sur des opérations du même type.

Thomas Virmaux, géomètre

À 19 ans à peine, Thomas Virmaux a déjà une belle expérience derrière lui : sa vocation de géomètre est née en troisième, grâce au stage de découverte. Dès cette année-là, il a décidé d’en faire son métier et de débuter son parcours professionnel en alternance. Après un bac pro suivi d’une première collaboration de sept mois à Rouen, il est entré chez Eiffage grâce à une petite annonce sur le site Indeed.

Thomas a débuté sur le chantier de l’A79 le 10 août dernier et s’est installé à Moulins, heureux de cette opportunité de se rapprocher de sa famille et de ses racines montluçonnaises. En mission sur le TOARC B jusqu’à la fin des travaux, il fait partie d’une équipe de huit géomètres topographes.
« Une vraie formation ouvragiste. »
« Mon métier comprend plusieurs volets », explique-t-il : « prendre des mesures, effectuer des relevés, préparer les implantations des ouvrages, contrôler des points géoréférencés, faire en sorte que les engins de chantier puissent travailler dans des espaces déterminés par un système de coordonnées précis. » Il a notamment suivi toute la construction de l’estacade dans la réserve naturelle du val d’Allier pour la réalisation du nouveau viaduc. Sa mission : contrôler la position des pieux.
« Jour après jour, je vais sur le terrain et j’apprends, c’est une vraie formation ouvragiste », apprécie Thomas. Une « formation » qui complète son parcours d’études marqué notamment par un passage dans un cabinet de trois ingénieurs, orienté vers les travaux de voirie. Là, il a pu découvrir la polyvalence de son métier, et ce qu’il définit comme ses enjeux les plus importants : la rigueur et la précision.

15/01/2021
Lettre du chantier – n°2

Retrouvez le deuxième numéro de la lettre du chantier Axelia - A79

10/11/2020
Carte des passages supérieurs

Carte des ouvrages de franchissement supérieurs de la RN79 de Sazeret à Digoin.

26/10/2020
Réunions publiques

Réunions publiques automne 2020 - Autoroute A79

31/08/2020
Lettre d’information aux riverains N°1

Lettre d'information N°1 - Autoroute A79

08/07/2020
Dossier Presse

Dossier de presse - Autoroute A79