La biodiversité, une richesse naturelle à préserver et à mettre en valeur

En application de la loi Biodiversité de 2016, trois types de démarches sont conduites pour y répondre : éviter les impacts, les réduire, et enfin les compenser.

Le concessionnaire s’est bien entendu engagé sur ces trois volets à travers un large panel de mesures, que ce soit durant le chantier ou en phase d’exploitation : assainissement provisoire et définitif, bassin de traitement des eaux, bâche à amphibiens, diminution de l’emprise du projet sur les espaces agricoles et naturels notamment avec la technologie du péage à flux libre permettant de préserver environ 16,5 hectares d’espaces naturels, projet scolaire, etc.

Après évitement et réduction, quelque 380 ha restent à compenser au titre des espèces protégées et des zones humides. Il s’agit ici de restaurer des milieux naturels en partenariat avec le monde agricole et les gestionnaires forestiers. Deux exemples l’illustrent principalement : la fauche tardive, qui permet de protéger les nichées d’oiseaux au sol ; la gestion de parcelles forestières en « îlots de sénescence » afin de favoriser le maintien et le développement des vieux arbres.