Concilier travaux et préservation de la biodiversité

C’est dans le cadre réglementaire de la stratégie environnementale – éviter, réduire, compenser, accompagner – qu’a lieu le déplacement des espèces, en amont des travaux.
Cette stratégie repose sur différentes opérations visant à déterminer et protéger les espèces de faune et de flore présentes sur le tracé de l’A79. Les déplacements d’espèces se déroulent en lien avec les services de l’État, essentiellement en amont de la première grande phase des travaux, celle du terrassement. Ils sont assurés par des écologues experts dûment habilités, membres du groupement concepteur-constructeur de l’A79 ou partenaires extérieurs compétents sur des sujets spécifiques. S’appuyant sur des procédures éprouvées, ils se déroulent en trois étapes : identifier les espèces concernées ; procéder à leurs déplacements dans des sites d’accueil dédiés et identifiés dans le strict respect des protocoles préétablis ; effectuer un suivi dans le temps pour vérifier que la nouvelle implantation se passe bien. À chaque espèce son calendrier, duquel va dépendre celui des travaux : impossible par exemple de commencer le déboisement en période de nidification. Des ormes lisses aux tritons ou grenouilles en passant par les potamots (des plantes aquatiques) ou encore les bryophytes (des variétés de mousses), de nombreuses espèces ont ainsi été prises en charge depuis le printemps 2020.