Les espèces protégées

La faune et la flore sont une richesse dans le département de l'Allier qui regorge d'espèces protégées.  Le projet Axelia a été conçu de sorte à respecter ces espèces et leurs habitats.

Pour en citer quelques unes :

La Cistude d’Europe

Taille : 14 à 20 cm / Poids : 450 à 800 g / Longévité : 45 à 50 ans

La Loutre d’Europe

Taille : 0,60 à 0,80 m (hauteur au garrot 0,30 m - longueur de la queue 0,30 à 0,40 m) / Poids : 5 à 15 kg / Longévité : 12 ans

L'Œdicnème criard 

Longueur : 40 - 45 cm / Envergure : 77 - 85 cm / Poids : 370 - 450 g / Longévité : 16 ans

Le Triton crêté

Taille : 12 à 18 cm  / Longévité : 15/20 ans

Le Crapaud calamite

Taille : 40 à 100 mm / Longévité : 7 ans pour le mâle, 17 ans pour la femelle

Le Chat forestier

Taille : 48 à 68 cm (longueur), 35 à 40 cm (hauteur) / Poids  : 3 à 7 kg / Longévité : 10 à 12 ans maximum

Le Martin pêcheur

Taille : 16 cm, envergure : 24 à 26 cm. / Poids : 30 à 45 g / Longévité : 15 ans

Le Muscardin

Taille : 8 cm de long avec une queue de 7 cm environ  / Poids : 15 à 40 grammes / Longévité : 4 ans maximum

La Rainette verte

Taille : 3 à 6 cm / Longévité :15 ans

Le Pic mar

Taille : 22 cm / Envergure : 33 à 34 cm / Poids : 50 à 80 g / Longévité : 8 ans

La pie grièche-écorcheur 

Taille : 16 à 18 cm / Envergure : 24 à 27 cm / Poids : 23 à 40 g / Longévité : 10 ans

Le cuivré des marrais 

Taille adulte : 34 - 40 mm / Longévité : 8 à 10 jours

Le Saumon

Taille : jusqu'à 1,50 cm / Poids : Jusqu'à 39 kg

Le sonneur à ventre jaune

Taille : 3,5 à 5,5 cm / Longévité : 8-9 ans

L'orme lisse

Taille : 15 à 20 m en moyenne, maximum 30 m / Aspect : le bois de l’Orme lisse est mou, peu coloré / Croissance : de croissance assez rapide, son bois est peu durable

La pulicaria Vulgaris

Taille : 10 - 40 cm / Floraison : Août à Septembre / Inflorescence : Les fleurs sont regroupées en capitule.

La barbastelle

Taille du corps : 4 - 6 cm/ Queue : 38 - 58 mm / Longévité : + 20 ans / Poids : 6 - 14 g


L'achat d'une ferme à Beaulon

Au titre des 380 ha de sites compensatoires pour la construction de l'A79, une ferme a été achetée sur la commune de Beaulon.

Actuellement utilisées pour des cultures de céréales, les terrains agricoles de cette ferme présentent une biodiversité relativement commune. Dans le but de diversifier les habitats et d'y voir apparaître une biodiversité plus riche, certaines mesures seront mises en œuvre :

- Conversion des cultures en prairie

- Plantation de haies

- Creusement de mares

- Restauration de zone humide par la suppression de drains agricoles

- Adaptation des dates de fauches et de la pression de pâturage

 


La biodiversité, une richesse naturelle à préserver et à mettre en valeur

En application de la loi Biodiversité de 2016, trois types de démarches sont conduites pour y répondre : éviter les impacts, les réduire, et enfin les compenser.

Le concessionnaire s'est bien entendu engagé sur ces trois volets à travers un large panel de mesures, que ce soit durant le chantier ou en phase d’exploitation : assainissement provisoire et définitif, bassin de traitement des eaux, bâche à amphibiens, diminution de l'emprise du projet sur les espaces agricoles et naturels notamment avec la technologie du péage à flux libre permettant de préserver environ 16,5 hectares d’espaces naturels, projet scolaire, etc.

Après évitement et réduction, quelque 380 ha restent à compenser au titre des espèces protégées et des zones humides. Il s'agit ici de restaurer des milieux naturels en partenariat avec le monde agricole et les gestionnaires forestiers. Deux exemples l'illustrent principalement : la fauche tardive, qui permet de protéger les nichées d'oiseaux au sol ; la gestion de parcelles forestières en "îlots de sénescence" afin de favoriser le maintien et le développement des vieux arbres.