L’exploitation autoroutière : une question de sécurité et de fluidité

Surveiller, signaler, protéger, déneiger, entretenir : l’exploitation rassemble une multitude d’interventions dont les fils rouges sont la sécurité et la fluidité du trafic.

Exploiter une infrastructure routière implique de mettre en œuvre sans délai tous les moyens de nature à assurer en permanence la continuité de circulation dans de bonnes conditions.
Concrètement, cela se traduit par des équipes disponibles pour intervenir en cas d’événement aléatoire affectant le trafic, réaliser une surveillance du réseau 24h/24, 7 jours/7 afin de détecter toute anomalie, veiller à la diffusion d’une information claire à la radio ou sur les panneaux à messages variables, et assurer l’entretien de l’infrastructure et de ses équipements d’exploitation.
Dans le cas de la future A79, d’autres contraintes viennent s’ajouter, celles d’une phase dite « mixte » avec une section de 88.kilomètres actuellement en travaux, associée aux 4 premiers kilomètres déjà mis aux standards autoroutiers.
Les équipes d’APRR exercent plusieurs missions dont l’objectif principal est d’assurer la sécurité de l’ouvrage et de ses usagers :
– la gestion d’événements aléatoires : accident, objets sur voies, crevaison, impliquant de devoir sécuriser le site et de remettre l’infrastructure en conformité à la fin de l’événement ;
– la gestion d’événements programmés, comme les fermetures des sections de la RN79 concernées par les travaux et les modifications de configurations en matière d’exploitation. L’objectif étant de permettre aux équipes d’Axelia d’intervenir dans les meilleures conditions de sécurité.
– L’entretien courant : le nettoyage, le ramassage des déchets mais aussi le fauchage de la végétation aux abords de la chaussée, l’entretien des aires de repos.
– La viabilité hivernale : les traitements sont autant préventifs, comme le salage en cas de risque de gel, que curatifs, comme le déneigement et le traitement de la chaussée.
– La surveillance : elle est réalisée par des patrouilleurs qui circulent en permanence sur le réseau et par la vidéo surveillance, en lien avec un poste de coordination sécurité situé à Genay (69), vers lequel convergent toutes les informations et qui centralise tous les besoins d’interventions.

©La Montagne