Les ouvrages d’assainissement de la future A79

Les ouvrages d’assainissement entrent dans une politique de gestion globale des eaux autoroutières dont l’objectif est de récupérer 100% des eaux du trafic et de les rediriger vers des zones de traitement. Pour se faire, il existe deux types d’assainissement : les assainissements classiques en terre et les extrudés. Dans les deux sens de circulation de la future A79, il y a aura au total 110 km d’extrudés et 50 km d’assainissement en terre.

Réalisés par deux entreprises sous-traitantes, AER (filiale Eiffage) et PASS (située à Vichy), les travaux d’assainissement se feront en deux phases. La première phase, qui consiste à effectuer les travaux dans un sens de circulation, s’achèvera en fin d’année 2021 et la seconde phase, qui concerne l’autre sens de circulation, se poursuivra jusqu’à la fin du chantier.

S’agissant des extrudés, il en existe trois sortes : les caniveaux en U, les caniveaux à fente et les cunettes. Les caniveaux U et à fente, utilisés en remblai, sont généralement associés à des dispositifs de retenue en béton ou en métal, choisi en fonction de leurs performances pour répondre aux règlementations en vigueur sur la sécurité des usagers. Quant aux cunettes, utilisées en déblai, c’est seulement dans des cas spécifiques qu’elles sont couplées à des dispositifs de retenue.

En plus des notions de sécurité et de traitement des eaux, le tracé de la future A79 emprunte différentes zones présentant une certaine sensibilité écologique. Pour préserver la nature environnante, les dispositifs de retenue en béton vont être privilégiés dans ces zones sensibles, de sorte à empêcher l’écoulement des eaux de chaussée vers le milieu naturel.